Langage clair

Contenu à venir pour cette page!

Mise en contexte

En 2013, les données publiées par le Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA) révélait des données intéressantes sur l’état de la littératie au Québec. Cette étude révélait qu’environ 53% de la population du Québec âgée entre 16 et 65 ans disposait d’un niveau modeste en littératie. Qu’est-ce que ça veut dire?

Les études ont établies 5 niveaux de littératie pour classer les compétences des personnes. Le niveau 5 étant le plus haut niveau de littératie.

On considère qu’au niveau 3, la personne dispose des compétences requises pour lire un texte relativement dense et d’en saisir tout le sens. La personne située à ce niveau de littératie est capable d’analyser plusieurs informations différentes. À ce sujet, seulement 47% de la population québécoise se situe au niveau 3 ou à un niveau supérieur.

En bref, cela implique que 53% de la population ne dispose pas des compétences en littératie pour avoir une compréhension juste d’un texte de plus de 300 mots. Mais la littératie, c’est quoi? Bien que cette question puisse sembler simple, il s’agit pourtant d’un enjeu complexe. En effet, bien que cela fasse référence en partie aux compétences en lecture et en écriture, la littératie englobe bien plus que ces compétences. À ce propos, il existe plusieurs définitions de la littératie.

La littératie

Dans son rapport final de l’enquête internationale sur la littératie des adultes publié en 2000, l’Organisation de développement et de coopération économiques (OCDE) proposait cette définition de la littératie : « Aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités. » (OCDE, 2000)

Des chercheurs du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ) se sont également penchés sur la question et ont proposé la définition suivante de la littératie : « La capacité d’une personne, d’un milieu et d’une communauté à comprendre et à communiquer de l’information par le langage sur différents supports pour participer activement à la société dans différents contextes. » (CTREQ, 2016)

L’Office québécois de la langue française (OQLF) propose également une définition de la littératie qui va ainsi : « Capacité d’une personne à lire et à comprendre un texte, lui permettant de maîtriser suffisamment l’information écrite pour être fonctionnelle en société.  » (OQLF, 2018)

En quoi est-ce pertinent de répertorier ces différentes définitions de la littératie? Notez que dans chacune de ces définitions, il n’est pas seulement mentionné de disposer de compétences en lecture et en écriture. Les notions d’utilisation et de compréhension de l’information sont primordiales. C’est dans cette optique que les données recueillies sur le taux de littératie au Québec sont si marquantes. Il n’est pas seulement question d’être capable de lire les mots, mais d’être en mesure d’analyser et de comprendre ce qui est lu.

L’accès à l’information, ça implique d’être en mesure de se faire comprendre. Comme professionnel.les, il est de notre responsabilité de s’assurer que l’information que nous communiquions soit claire et bien comprise.

Pour avoir plus d’informations sur les résultats de ces recherches, les données sont accessibles sur le site du Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur ou encore, sur le site de l’Institut de la statistique du Québec. D’autres informations sont également disponibles via le site de Statistiques Canada.

Communiquer de façon claire et simple

Les enjeux d’accès à l’information nous concerne touts et toutes. Afin d’assurer une meilleure accessibilité à cette dernière, chaque personne peut contribuer à se faire comprendre plus facilement.

Nous sommes présentement en train de peaufiner un guide pour vous aider à adopter une communication plus claire et plus simple.

Vous pouvez adopter plusieurs stratégies afin d’avoir une meilleure communication. Voici quelques petits trucs :

  • Simplifier ses communications orales et écrites. C’est-à-dire, utiliser un vocabulaire simple et connu lors d’interactions.
    • Ex. Dire « après » plutôt que « subséquemment. »
    • Ex. Utiliser « mais » plutôt que « cependant. »
  • Utiliser des images simples et concrètes pour illustrer les idées d’un texte.
    • Utiliser des références connues de préférence.
  • Ne pas prendre pour acquis que ce qui est évident pour soit est évident pour l’autre.
  • Demandez aux personnes de répéter dans leurs mots ce que vous leur avez expliqué.
  • Posez la question :  « Qu’avez-vous compris? » plutôt que « Avez-vous compris? »
  • Avoir de la patience, beaucoup de patience et encore de la patience!

 

Bientôt disponible en ligne!
  • Suivez nos publications car des capsules vidéos seront bientôt disponibles!
  • Restez à l’affût pour mieux comprendre l’importance d’adopter une communication claire et simple.
  • Des capsules d’information seront disponibles sous peu afin de vous permettre de mieux comprendre les enjeux de littératie et de communication claire et simple.
  • Au travail ou dans la vie de tous les jours, communiquons en langage clair et simple!

 

En attendant, voici quelques documents utiles pour vous guider à communiquer de façon plus claire :

Cahier de formation – Simplifier nos écrits, ça simplifie la vie!
Guide pour les rédacteurs en entreprise – Écrivez clairement et simplement pour être lu et compris
Guide du rédacteur – La langue claire et simple
Style de communication – Style clair et simple

 

 

 

 

 

 

 

 

Cahier de formation – Simplifier nos écrits, ça simplifie la vie!

Guide pour les rédacteurs en entreprise – Écrivez clairement et simplement pour être lu et compris

Guide du rédacteur – La langue claire et simple

Style de communication – Style clair et simple