Je pense, donc j’agis!

Par ce projet, nous voulions expérimenter auprès de nos participant.es une série d’ateliers où la recherche philosophique, par le développement du raisonnement logique et de la pensée critique, serait mise à l’avant scène. De plus, ce projet allait nous permettre de rédiger des textes en écriture simple et accessible dont les thèmes rejoindraient les adultes peu alphabétisés.

Nos objectifs, au départ, étaient de permettre à nos participant.es de développer leur pensée et d’acquérir une meilleure compréhension des situations pour ainsi mieux défendre leurs droits. Concernant le développement de la pensée, nous visions une meilleure analyse critique ainsi qu’une plus grande autonomie intellectuelle. Pour le développement d’une plus grande compréhension, nous pensions leur permettre, entre autre à travers la lecture, d’améliorer leurs capacités d’apprentissage, affiner leur compréhension de concepts plus complexes pour leur permettre de poser les bonnes questions au bon moment. Enfin, à travers nos discussions et par le choix de textes abordant des problématiques qui les touchent, nous voulions travailler leurs habiletés pour prendre la parole et pour exiger des explications claires. Bref, ce projet visait donc à outiller les participant.es pour qu’ils aient une plus grande capacité à questionner, à déduire, à argumenter, à comparer et à analyser pour qu’ils prennent du pouvoir dans les diverses situations de leur vie où les injustices sont monnaie courante.

(Tiré de l’introduction de Je pense donc j’agis!, p.7-8)

Le document est disponible au Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la condition féminine (CDEACF)

Texte à venir …

🙂